Histoire de l’Institut Franco-Indien
de Bretagne

De fortes relations historiques, néanmoins parfois inconnues du grand public, existent entre l’Inde et la Bretagne.

Ce sont ces relations qui président à la fondation de la ville de Lorient sur la côte sud de la Bretagne en 1666, comme base commerciale pour la Compagnie française des Indes orientales, sous Louis XIV. Dès le milieu du XVIIIème siècle, forte de ce rôle commercial, Lorient devient même la principale agglomération du sud de la Bretagne. Le Musée de la Compagnie des Indes à Port-Louis est aujourdhui le témoin de ce fort lien historique. Limaginaire lorientais est fortement teinté de cette relation avec lInde, qui ne demande qu’à être actualisée dans le cadre dune amitié et dune coopération renforcées répondant aux enjeux contemporains.

Ces liens historiques concernent également la ville de Morlaix sur la côte nord de la Bretagne, puisque, toujours à l’époque de la Compagnie des Indes au XVIIIème siècle, le jeune Joseph-François Dupleix sembarque pour les Indes depuis le port de Morlaix, sans pressentir la formidable entreprise à laquelle il se livrera – et deviendra Gouverneur de Pondichéry et contribuera à donner une position dominante au commerce français dans le sud de lInde. À cette même époque, la Compagnie des Indes finance également la construction de la Manufacture Royale des Tabacs de Morlaix (1736-1740).

Limaginaire lorientais est fortement teinté de cette relation avec lInde, qui ne demande qu’à être actualisée dans le cadre dune amitié et dune coopération renforcées répondant aux enjeux contemporains.

À l’époque contemporaine, lInde et la France sont deux grandes nations démocratiques amies, qui jouissent de relations privilégiées se renforçant systématiquement. En 1998 est signé entre lInde et la France un partenariat stratégique donnant une concrétisation politique à cette amitié forte et identifiant des axes prioritaires de coopération économique (défense, nucléaire civil, spatial, sécurité). La France est alors le premier pays occidental à signer un tel partenariat avec lInde. Depuis cette signature, de nombreuses visites bilatérales d’État ont eu lieu, renforçant systématiquement l’éventail des domaines de coopération et lamplitude de projets à mettre en place. La France fait aujourdhui partie des cinq premiers investisseurs étrangers en Inde avec 400 entreprises présentes sur le territoire indien, et lInde est également de plus en plus présente en France avec 75 entreprises indiennes sur le territoire français.

Si le développement de la coopération universitaire, scientifique et technique constitue une priorité, limportance du développement des échanges culturels pour pérenniser cette relation est elle aussi comprise par les deux gouvernements. Du côté indien, lInstitut Français et un réseau de 14 Alliances Françaises représentent 22000 apprenants de français ; la culture et la langue françaises trouvent un écho important dans tout le pays. Du côté français, la culture indienne jouit dun rayonnement également significatif à travers les activités du Conseil Indien pour les Relations Culturelles (ICCR) qui finance la venue dartistes indiens en France, le projet de Centre Culturel Indien à Paris, et de multiples associations culturelles. Les festivals réciproques Bonjour India et Namasté France illustrent cette volonté au plus haut niveau de développer les relations culturelles, tout comme limmense appréciation culturelle qui existe entre les deux pays.

L’Institut Franco-Indien de Bretagne s’inscrit en plein cœur de cette dynamique de rapprochement entre l’Inde et la France.

Cest du constat de cette dynamique de rapprochement que naît en 2004 lassociation AADI (Alliance Armor Dupleix Inde) basée à Morlaix, dans le but initial de nouer et approfondir des liens entre lInde et la région de Morlaix. Son acte fondateur est lexposition intitulée « Des Manufactures aux Indes – Les Dupleix à Morlaix », qui explore les liens historiques de l’époque de la Compagnie des Indes. Par la suite, lassociation AADI sengage plus largement dans divers domaines de coopération entre la Bretagne Occidentale et lInde : depuis le secteur culturel avec lorganisation dexpositions, de spectacles et de visites dartistes, jusquau secteur universitaire et pédagogique avec lorganisation de voyages et d’échanges d’étudiants, voire de partenariats plus ambitieux. Le festival « Armor India », organisé par lassociation, est chaque année depuis 2007 un moment fort avec une riche programmation (musique, danse, cinéma, conférences, expositions), qui contribue très largement à faire connaître lInde en Bretagne, et est soutenu par lAmbassade de lInde à Paris.

La Ville de Lorient également, forte de ses relations historiques avec lInde, pressent très tôt que ce lien est à réactualiser et à renforcer. Dès 2010, une délégation lorientaise est présente aux premières assises franco-indiennes de la coopération décentralisée à New Delhi. En 2012, elle devient la deuxième ville française à signer un accord de coopération avec une collectivité indienne : il sagit dun accord avec Kochi (anciennement Cochin) basé sur l’échange dexpertise dans les domaines de l’économie, de la culture, du patrimoineCet accord montre à la fois une volonté réciproque de coopération et la multiplicité des domaines de coopération possible.

Le festival « Armor India », organisé par lassociation, est chaque année depuis 2007 un moment fort avec une riche programmation (musique, danse, cinéma, conférences, expositions), qui contribue très largement à faire connaître lInde en Bretagne

Le Président de lassociation AADI, Jean-Claude Breton, au vu du succès des différentes manifestations culturelles liées à lInde et des échanges scolaires quil organise, porte le projet dInstitut Franco-Indien de Bretagne depuis 2005. Pour lui, un tel Institut a vocation à reprendre de manière institutionnelle les missions menées jusque-là par lAADI de manière informelle – un projet légitimé à la fois par les relations historiques entre lInde et la Bretagne, par une volonté mutuelle de coopération et par les importantes retombées positives des actions déjà menées.

Dès 2007, Jean-Claude Breton approche Morlaix-Communauté, qui deviendra lun des financeurs de lInstitut. En 2009, sa rencontre avec Jean Peeters – alors Vice-Président International de lUniversité de Bretagne Sud et aujourdhui Président de cette même université, et lui-même persuadé du potentiel des relations à développer entre la Bretagne et lInde – est également décisive. En 2010, Jean-Claude Breton et Jean Peeters adressent une lettre commune à Jean-Yves Le Drian, alors Président du Conseil Régional de Bretagne, concernant le projet dInstitut Franco-Indien de Bretagne. La même année, Jean-Claude Breton rencontre au cours des premières Assises de la coopération décentralisée franco-indiennes à New Delhi des représentants de la Ville de Lorient, qui voient dans lInstitut Franco-Indien de Bretagne la possibilité de prolonger la coopération décentralisée déjà établie et den multiplier les domaines dapplication. En 2012, la formalisation du projet commence avec des réunions de travail impliquant Jean-Claude Breton, les représentants de Morlaix-Communauté et ceux de la Ville de Lorient. Une étude de faisabilité est lancée en 2014, qui confirme la pertinence et le potentiel de lInstitut. À partir de 2015, lAmbassade de lInde à Paris officialise son soutien à ce projet. En 2016, deux réunions rassemblent les représentants de Morlaix-Communauté, de la Ville de Lorient, de la Région Bretagne, lAmbassadeur de lInde en personne, ainsi que divers acteurs des domaines économique, universitaire et culturel.

L’Institut Franco-Indien de Bretagne est officiellement constitué et lancé au premier semestre 2017. Il est porté par Morlaix-Communauté, la Ville de Lorient, la Région Bretagne, soutenu également par l’Ambassade de l’Inde à Paris, et dispose de deux ancrages pour son développement - Morlaix avec un bureau dans l’ancienne Manufacture des Tabacs, et Lorient avec un bureau abrité par l’agence de développement AudéLor.

02 98 88 21 46
Envoyer un message